L'homme préhistorique avait une meilleure préparation physique que nous!

Voici un excellent article qui peut faire réfléchir sportifs, préparateurs physiques et tous ceux pour qui la forme est importante. Faut-il trouver d'autres moyens pour se préparer physiquement? Les stratégies actuelles d'entraînement ne sont-elles pas trop artificielles?
Lisez cet article de Philippe Gras:

Nos athlètes nuls par rapport à l' homme préhistorique!

Tout l’arsenal actuel du dopage ne suffirait pas à Lance Armstrong ou Hussein Bolt pour égaler les performances physiques de l’homme préhistorique, dont l’évolution s’est traduite par une perte de ses capacités athlétiques au cours des millénaires.

L’anthropologue australien Peter McAllister a comparé les performances sportives de nos champions contemporains avec les traces laissées par leurs ancêtres préhistoriques et certains rites initiatiques dans les sociétés primitives dans un livre époustouflant, « Manthropology ». Pour ce chercheur iconoclaste, les performances de l’homme moderne sont vraiment médiocres !

« Si vous le lisez, vous ou l’homme que vous avez pris pour les faire, sont les plus minables athlètes de toute l’histoire », écrit-il dès la préface, expliquant que des Tutsis au Rwanda ou des Aborigènes d’Australie ont battu le record du monde des 100 et 200 mètres du Jamaïcain Hussein Bolt au cours de cérémonies rituelles d’initiation. En fait, prétend Peter McAllister, n’importe quelle femme du Neandertal aurait battu l'ancien bodybuilder Arnold Schwarzenegger au bras de fer.

Les conclusions du chercheur sont fondées sur l’analyse d’empreintes aborigènes laissées voici 20.000 ans sur le sol australien, conservées dans le fond d’un lac asséché. Grâce à elles, Peter McAllister a pu calculer que les pas d’un homme de l’époque préhistorique étaient susceptibles de lui permettre de se déplacer à une vitesse de 37 Km/h sur la rive boueuse du lac, en courant avec 6 autres hommes à la poursuite d’une proie.

En comparaison, Hussein Bolt atteint sur une piste d’athlétisme 42 Km/h sur 100 mètres en 9’69" secondes aux Jeux Olympiques de Pékin au mois d’août 2008… Lors d’une conférence à l’université anglaise de Cambridge, Peter McAllister a estimé que les conditions actuelles auraient permis aux hommes préhistoriques d’atteindre des vitesses de 45 Km/h à la course à pied. « Nous supposons qu’ils atteignent leurs limites en chassant un animal », explique l’anthropologue.

« Et s’ils arrivent à cette vitesse de 37 Km/h sur un sol très meuble, il y a une forte chance qu'ils surpassent Hussein Bolt avec tous les avantages dont il a bénéficié » ! Peter McAllister établit ensuite des comparaisons historiques. Des photos prises par un anthropologue allemand au début du XXème siècle montrent de jeunes hommes sautant à plus de 2,50 mètres au-dessus du sol. Les légionnaires romains effectuaient un marathon et demi dans la journée en portant plus que leur poids dans l’équipement, tandis que les 30.000 rameurs des galères athéniennes ont régulièrement dépassé les performances de nos champions d’aviron.

Aujourd’hui en revanche, « Nous sommes tellement peu actifs de nos jours, et l’avons été depuis que la Révolution Industrielle a donné un coup d’arrêt à la vitesse, explique Peter McAllister. Ces hommes étaient beaucoup plus robustes que nous » ! Du fait du développement des techniques, nos repères se bornent à évaluer celui des performances physiques au-delà d’une trentaine d’années, mais c’est une tout autre histoire sur le long terme.

« Il existe des statistiques au début de l’ère industrielle, qui montrent combien les gens ont travaillé dur à l’époque, raconte le chercheur australien. Le corps humain est très plastique et il répond à l'effort, nous avons perdu 40% de résistance sur nos os longs parce qu’ils supportent beaucoup moins de charge musculaire à notre époque ». Les hommes sont bien moins exposés à la dureté de la vie et les conditions de vie modernes l’ont progressivement fait régresser dans l’évolution.

Source : Reuters USA.

Etes-vous intéressé par une préparation physique naturelle mais extrèmement efficace? Préparation Physique et Musculation sans Matériel: retournez aux sources et faîtes de votre corps une parfaite machine!
Reblog this post [with Zemanta]

Commentaires

Pascal a dit…
L'article est sans appel : nous sommes physiquement moins performants que nos ancêtres ! En cause bien évidemment notre mode de vie trop "cul-de-plomb". Mais pas seulement ! En cause aussi notre impuissance à aller au-delà d'une certaine limite ; limite forgée par la "kultur" ambiante. Et pourtant -et comme le suggère l'article- nous sommes encore génétiquement capables de prouesses physiques. Il suffit "simplement" d'abord de s'en persuader ; ensuite de s'efforcer à... Des hommes et des femmes "ordinaires" réalisent quotidiennement des exploits physiques "surhumains" ... bien supérieure aux records athlétiques de nos "petits" champions. Il suffit d'ailleurs de fouiner sur ce site pour s'en convaincre. Osons donc "performer" notre corps (et notre esprit)... pour renouer avec l'animal humain que nous sommes tous et toutes. Nous n'en serons que plus rayonnants !!!
Anonyme a dit…
Article intéressant mais le côté moralisateur de l'étude me fait un peu rire ainsi que le com de Pascal qui va dans ce sens. Personne ne vous embêche d'aller bosser à l'usine, dans un entrepôt et de vous y casser le dos, les bras etc... Bizarrement les 1ers à critiquer cette évolution sont les 1ers à vouloir un joli travail "de bureau". Mr le chercheur, en effet ce n'est pas en regardant des choses dans un microscope que vous allez égaler des performances des guerriers d'autrefois, en même temps vous préférez surement votre place, comme tout le monde d'ailleurs ;)
Pascal a dit…
Je ne vois pas où est le côté moralisateur dans le fait d'écrire que beaucoup d'entre nous se sont arbitrairement convaincus de l'impossibilité d'aller au-delà de leur « zone de confort » ; zone de confort devenue hélas norme « kulturelle ». Aujourd'hui, et ce dans tous les domaines de la vie quotidienne, beaucoup veulent être sans véritablement faire. Impossible ! « No gain without pain » !!! Et c'est ce que j'essaie de faire comprendre aux personnes qui font appel à mes services. Educateur sportif, et donc homme de terrain, j'écris avec conviction que tout un chacun est capable de réaliser des exploits personnels allant bien au-delà des trop petites espérances de départ. Oui notre esprit et notre corps sont capables de performances insoupçonnées héritées de notre animalité humaine. S'en persuader et l' « agir » pratiquement et pleinement permet indéniablement de grandir et donc de mieux vivre sa condition d'être humain... trop souvent abandonnée au facile désespoir. Et écrire cela est, je trouve, plus révolutionnaire que moralisateur.