Préparateur physique et entraîneur : frères ennemis ?


Je vous avais déjà parlé de Yann Buléon, préparateur physique. Il est basé près de Bordeaux. Si vous êtes sportifs et à la recherche de conseils professionnels et habitez la région, je ne peux que vous inviter à le contacter pour essayer de travailler avec lui : si vous avez des objectifs sérieux en compétition, ce sera un excellent investissement.

Si vous êtes plus éloigné, Yann peut vous proposer un coaching online : attention, ce n’est pas le style du programme généré automatiquement par le dernier des logiciels (c’est la mode !), mais il s’agit d’un plan personnalisé qui repose sur une évaluation qui va lui fournir les informations essentielles pour établir un programme performant. Si vous voulez des résultats, vous allez être servi !

Yann a publié sur son site un article que j’avais écrit il y a quelques temps sur la relation, parfois tumultueuse, entre l’entraîneur (de la discipline) et le préparateur physique. Quand il y a des problèmes entre les deux, qui va trinquer d’après vous ? Le sportif bien sûr !
Vous pouvez lire l’article sur le site de Yann, Potencia Natural, et profitez-en pour faire sa connaissance en parcourant son site.

En relisant mon propre article, j’ai quelques souvenirs qui me reviennent, et notamment celui d’une préparation à distance que j’avais faîte à un boxeur pour un championnat du monde il y a quelques années.
Pour ceux qui ne croient pas à une préparation efficace à distance, je leur dis simplement qu’ils ont tout faux, c’est possible à partir du moment où vous utiliser des méthodes simples qui ont fait leur preuve et que vous avez les bonnes questions à poser à votre athlète pour des informations pertinentes. Je dois préciser que j’établissais le programme pour chaque semaine, et ceci en fonction des résultats et sensations (effort, récupération) de la semaine précédente qui m’étaient transmis par email pendant le week-end.
Le boxeur a fait son boulot pendant 6 semaines pour arriver dans une condition physique de combat et donc près pour aborder les 3 semaines de préparation spécifique.

Et c’est là où tout se gâte !

Le boxeur rejoint l’entraîneur de boxe (à mon avis ce devrait être le contraire…) dans sa ville, et tout contact avec moi-même est coupé à partir de ce jour !!!

J’ai ma petite idée pour la raison et vous l’aurez deviné (lisez l’article sur le site de Yann) : pas de contact téléphonique, pas de réponse à mes emails…

Arrive le championnat du monde…pas de nouvelles, pas d’invitation, rien !

Le combat : le boxeur est l’ombre de lui même, il fait ses 12 rounds grâce au travail physique à la base, mais il a perdu sa vitesse, il n’a pas d’explosivité (et donc de punch !), il est maltraité et termine fatigué et meurtri (surtout moralement).
Certains ont cherché des excuses, je ne sais plus lesquelles ; pas le boxeur : j’ai du respect pour l’homme, mais beaucoup moins pour les gens qui l’entouraient à ce moment !

Beaucoup d’entraîneurs de boxe ont un problème : ils pensent qu’ils maîtrisent tout, ils ont un ego démesuré, même s’ils paraissent très humbles quand vous leur parlez. En France j’en ai rencontré : peu tiennent la route, certains sont stupides, et tant pis si je me fais des ennemis ! L’entraîneur de boxe a littéralement cassé le boxeur avec des séances de sparring, de sac et je ne sais quoi encore sans aucun contrôle et stratégie de récupération !

Un championnat du monde est une opportunité formidable, ça ne se représente pas forcément tous les 3 mois, tout le monde n’est pas Oscar de la Hoya !

Le résultat de ce combat sonne la fin de carrière de ce boxeur ; imaginez si il avait gagné, et il en avait le potentiel, je le sais et lui le sait aussi.
Si vous êtes boxeur, le plus gros challenge que vous allez rencontré est de savoir vous entourer avec les bonnes personnes.

Personnellement je sais que je n’ai pas les compétences d’entraîneur de boxe, mais celui-ci n’a pas les miennes !
Un travail d’équipe est donc essentiel pour la réussite de l’athlète, mais à condition que le dialogue puisse exister !!!

Commentaires

Anonyme a dit…
en tant que père d'un boxeur de haut niveau je suis entièrement d'accord avec votre analyse, c'est trés juste, merci Monsieur Paris et dommage que vous n'etes pas en France.